RDD/AFD : Energies Renouvelables

4bmKJ2Kxb7K-ntjsOXfyIzl72eJkfbmt4t8yenImKBVvK0kTmF0xjctABnaLJIm9

4bmKJ2Kxb7K-ntjsOXfyIzl72eJkfbmt4t8yenImKBVvK0kTmF0xjctABnaLJIm9Une convention de financement du programme d’exploration géothermique dans le rift d’Assal, entre le Ghoubet et le lac Assal a été signée, hier 18 juin 2014, par M. Ilyas Moussa Dawaleh, Ministre de l’économie et des finances, et M. Ignace Monkam-Daverat, Directeur de l’Agence française de développement (AFD), en présence de M. Serge Mucetti, Ambassadeur de France à Djibouti. La maîtrise d’ouvrage déléguée du projet est assurée par le fournisseur d’énergie local, la société Electricité de Djibouti (EDD).

La contribution de l’Agence française de développement, d’un montant de 2,5 millions €, vient compléter celles d’autres institutions internationales (groupe de la Banque Mondiale, de la Banque Africaine de développement, et du Fonds de l’OPEP), et permettra à terme de boucler le financement du programme, poursuivre son exécution et réaliser notamment des forages de grande profondeur (2000m à 2500m) pour confirmer le potentiel de production d’énergie géothermique de Djibouti.

Cofinancé par l’AFD et de première importance pour notre pays, dont le développement économique est largement tributaire de la disponibilité d’énergie électrique, ce projet a pour ambition d’assurer une autonomie énergétique couvrant les besoins des entreprises, de contribuer à l’amélioration des conditions de vie de la population et de sauvegarder l’environnement grâce à  une énergie renouvelable à 100% d’ici 2020.

Le ministre de l’économie et des finances, M. Ilyas Moussa Dawaleh et le directeur de l’AFD à Djibouti, M. Ignace MONKAM-DAVERAT ainsi que l’ambassadeur de France à Djibouti, M. Serge Mucetti se sont dit réjouis de cette convention de financement qui permettra à notre pays d’accélérer sa révolution énergétique. L’ambassadeur de France, M. Mucetti s’est longuement exprimé à l’issue de la cérémonie de signature de la convention.

« Les caractéristiques géophysiques et le climat de Djibouti nous portent à faire preuve d’imagination et de trouver des solutions industrielles inédites par rapport à toutes celles que nous avons vécues par ailleurs.

Ensemble avec les autorités Djiboutiennes, nous parviendrons à dégager des solutions durables pour atteindre l’autosuffisance énergétique en RDD. » M. Mucetti a ajouté que cette énergie renouvelable serait gage d’indépendance énergétique qui est une condition sine qua none pour assurer le développement économique de la RDD.»

Pour revenir à l’Agence Française de Développement, il s’agit d’une institution financière publique qui agit depuis plus de soixante-dix ans pour combattre la pauvreté et favoriser le développement durable dans les pays du Sud et dans les Outre-mer. Elle met en œuvre la politique définie par le Gouvernement français.

Présente sur quatre continents où elle dispose d’un réseau de 71 agences et bureaux de représentation, dont 9 dans les Outre-mer et 1 à Bruxelles, l’AFD finance et accompagne des projets qui améliorent les conditions de vie des populations, soutiennent la croissance économique et protègent la planète.

En 2013, l’AFD a consacré 7,8 milliards d’euros au financement de projets dans les pays en développement et en faveur des Outre-mer.

Ces contributions doivent notamment aider à la scolarisation des enfants, à l’amélioration de la santé maternelle, à la promotion de l’égalité entre les femmes et les hommes, à l’appui aux agriculteurs et aux petites entreprises, au renforcement de l’accès à l’eau, à l’énergie et aux transports.

Les nouveaux projets financés contribueront également à lutter contre le dérèglement climatique, en permettant notamment d’économiser 3,3 millions de tonnes d’équivalent CO2 par an. Dont acte.

Source